Scherzo (matériel)

MENUT Benoît
ISMN 979-0-56025-302-2

En location : Nous contacter

Description du produit

{"rsp":{"_content":{"error":{"code":"012","message":"Request throttled"}},"stat":"fail"}}

Lorsque Marc Feldman, Administrateur général de l’Orchestre Symphonique de Bretagne m’a demandé dé-
but 2016 d’écrire une œuvre dans l’esprit beethovenien pouvant s’intercaler dans un programme contenant la
3ème Symphonie et le Triple Concerto, j’ai été aussitôt affirmatif. Outre l’amour sans mesure que je ressens depuis
l’enfance pour ce géant, l’idée consistant à se servir d’une forme ou de l’esprit d’une forme musicale comme
fil conducteur m’a semblé intéressante. Beethoven est l’apôtre des structures, un architecte du son et de
l’espace sonore. Ainsi m’est venue l’idée de Scherzo, dans un effectif correspondant à celui de la 3ème Symphonie.
Plus que l’effectif, c’est à la forme même du scherzo de cette œuvre que je fais référence. C’est une citation
de forme, pourrait-on dire. Après une introduction faite de couleurs tournant sur elles-mêmes, le tempo
à trois temps devient un petit menuet, ancêtre du scherzo, puis un menuet plus rapide, jusqu’au scherzo à
proprement parler. En son sein se trouve un trio que j’ai voulu laisser tout d’abord aux sonorités des cuivres,
comme les appels de cors du grand Ludwig. Comme un clin d’œil, le rythme, ici décalé, du Scherzo de la 9ème
Symphonie va et voyage aussi au sein de cette œuvre.
Dédiée à Marc Feldman, en reconnaissance pour tous les projets auxquels j’ai eu la chance d’être associé
avec l’OSB, cette œuvre de 12 minutes associe le double hommage avec une quête formelle certainement
inassouvie mais bien vivace.
Benoît Menut